22 décembre 2017

Janet Yellen s’en va sur un beau succès : chapeau l’artiste ! 

Par Puilaetco Dewaay

L’ancienne présidente de la banque centrale américaine (FED) n’a pas pu accomplir un deuxième mandat à la tête de son institution. Janet Yellen n’occupera donc plus la UNE des journaux financiers en 2008 car Donald Trump n’a pas voulu la reconduire dans sa fonction. Mais malgré ce camouflet, cette économiste réputée peut partir la tête haute avec le sens du devoir accompli. Le devoir ?

Il est le même pour quasi tous les banquiers centraux : à savoir, maintenir l’inflation autour d’un objectif de 2% et stimuler l’économie au mieux tout en évitant une débâcle pour le système financier. Sur ce plan, Janet Yellen a bien rempli sa mission. Pourtant, la mission n’était pas des plus simples. En effet, il faut plus que du doigté pour réussir à relever progressivement les taux d’intérêt directeurs sans provoquer de remous sur les marchés financiers. Généralement, une hausse de taux, même progressive, ne rassure pas les investisseurs car c’est un élément considéré comme négatif pour le marché des actions. Or, non seulement les marchés n’ont pas mal réagi mais ils ont été rassurés : le billet vert et les taux longs ont même baissé ! En revanche, le successeur de Janet Yellen – un ancien avocat d’affaires ! – aura plus de difficulté pour manœuvrer si la réforme fiscale concoctée par Donald Trump fait déraper l’inflation. Mais chaque chose en son temps. Pour le moment, les investisseurs savourent les records boursiers et saluent avec respect le départ de Janet Yellen.