08
août 2019

Trop éloigné de la réalité ?

Les mois précédents ont été marquants pour plus d’une raison. Tout d’abord, la baisse des rendements obligataires semblait ne pas vouloir prendre fin. Plus de la moitié des obligations d’État émises par les pays du G10 sont négociées à un taux négatif.

mauvaise-passe-ld

Photo by Yiran Ding on Unsplash

 

Une grande partie des obligations d’entreprise européennes de la catégorie investment grade sont également négociées à un taux négatif, ce qui signifie tout bonnement que les investisseurs sont disposés à prêter de l’argent aux autorités et aux entreprises en sachant qu’ils récupèreront à l’échéance moins que ce qu’ils leur ont prêté. Que cela nous apprend-il sur la psychologie de l’investisseur ?

Dans le même temps, certains indicateurs mesurant les attentes du marché en termes de future inflation montrent que l’Europe évoluerait de nouveau vers la déflation. Le ralentissement de la croissance économique globale renforce cette vision. La Federal Reserve, la banque centrale américaine, suggère également qu’elle abaissera le taux dans un avenir proche. De ce fait, l’investisseur moyen est de plus en plus convaincu qu’une récession se rapproche.

Ce pessimisme transparaît aussi clairement dans la plupart des enquêtes. Les investisseurs n’ont pas confiance et sont généralement sous-pondérés en actions. Il y a bien entendu aussi suffisamment de raisons de faire preuve de prudence : les tweets capricieux du président Trump, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, le conflit imminent avec l’Iran dans le Golfe, le Brexit et le populisme en Italie en constituent de parfaits exemples. La plupart des investisseurs ont de ce fait manqué le rallye boursier. Et tandis que le rapport cours/bénéfice des actions américaines est loin d’être avantageux, les actions restent relativement attrayantes par rapport aux obligations. Mais les obligations risquent tout simplement d’être mal cotées et de trop s’écarter de la réalité. À cela s’ajoute encore qu’en raison du ralentissement de la croissance économique, les bénéfices des entreprises évoluent également à la baisse. Entre-temps, la plupart des analystes ont déjà tranché dans les prévisions de bénéfices pour 2019. Sans toutefois toucher à 2020. Que se passerait-il si les chiffres étaient également revus à la baisse ici ? Nous pourrions dans ce cas réellement parler d’une récession des bénéfices. Et donc de nouveau d’une situation dans laquelle les marchés, en l’espèce les cours des actions, doivent s’adapter à la réalité.

Nous sommes dans une mauvaise passe. Les investisseurs font preuve de prudence. C’est ce qui ressort également de l’augmentation du prix de l’or ou de la hausse du yen japonais, qui sont des valeurs refuges par excellence. La grande surprise serait toutefois une véritable relance de l’économie mondiale. Une chose à laquelle ni les investisseurs, ni les banques centrales ne sont préparés. Qui sait ?

À lire aussi

Une-gestion-durable-de-votre-portefeuille

Une gestion durable de votre portefeuille

Vous souhaitez allier investissement financier rentable et impact sociétal ? En optant pour la gestion de portefeuille durable, vous investissez dans un avenir positif, pour vous et les générations futures. En lien avec vos valeurs, votre patrimoine est investi dans des entreprises responsables, triées sur le volet.

Lire la suite
Pourquoi-choisir-puilaetco-dewaay-pirvate-bankers

Pourquoi choisir Puilaetco Dewaay Private Bankers ?

Depuis 1868, nous sommes animés par un seul et unique objectif : vous proposer des solutions performantes, personnalisées et responsables. C’est via une approche personnalisée, basée sur notre expérience, notre histoire et une technologie de pointe, que nous exerçons notre métier de banquier privé.

Lire la suite