22
mai 2019

L'économie se maintient pour l'instant, mais...

La croissance économique du premier trimestre tant aux États-Unis qu’en Chine et en Europe a bien mieux résisté que ne l'avaient laissé présager les nombreux rapports alarmants d'analystes au cours de ces derniers mois et ce, pour le plus grand plaisir des responsables politiques et des marchés.

leconomie-se-maintient-pour-linstant-mais-puilaetco-dewaay

Pouvons-nous maintenant pousser un soupir de soulagement et conclure que le pessimisme relatif à la croissance était excessif ? Il semblerait malheureusement que ce ne soit pas le cas : les bons chiffres du premier trimestre dépendaient hélas trop de facteurs ponctuels, de stimuli intenables à long terme et d'hypothèses potentiellement erronées quant à l'orientation future de la politique, principalement américaine, sous Trump.

Commençons par les États-Unis qui, d'après les chiffres (provisoires), ont enregistré au premier trimestre une solide croissance de 3,2 % par rapport au quatrième trimestre. Il semblait donc injustifié de craindre que le plus long « shutdown » de l'histoire exercerait une influence considérable sur la croissance. Or, la situation sous-jacente aux États-Unis est loin d'être aussi rose que ce chiffre ne le laisse présumer. D'une manière quelque peu cynique, l'incertitude persistante sur la situation commerciale peut même expliquer ce bon résultat ! Dans un mouvement d’anticipation des tarifs d'importation prévus, les entreprises ont rempli leurs entrepôts de tout ce qu'elles pouvaient trouver en vue de reporter le plus longtemps possible l'impact des prélèvements. Ainsi, l'accumulation des stocks a représenté un pourcentage très élevé de 0,7 point de l'augmentation de la croissance. Ajoutons que les entreprises semblent déjà adapter leurs lignes d'approvisionnement aux tarifs douaniers prévus, puisque le volume des importations a chuté de 3,7 % au premier trimestre. Un détail intéressant dans les statistiques : l'importation en provenance du Vietnam a enregistré la plus forte croissance, ce qui pourrait indiquer que les exportations chinoises transitent désormais par le Vietnam. Globalement, la demande intérieure a augmenté de 1,5 % aux États-Unis, soit la croissance la plus faible depuis fin 2015. La situation sous-jacente aux États-Unis n'est donc pas aussi flamboyante qu'il n'y paraît à première vue.

Selon les chiffres officiels, la croissance chinoise, qui a grimpé de pas moins de 6,4 % au premier trimestre, fait plus que se maintenir. Certains avancent que ce chiffre prouve que les fortes mesures d'incitation octroyées par le gouvernement ne manquent pas le coche. Pour d'autres, ce chiffre indique que les autorités chinoises locales, craignant des sanctions de Pékin si elles ne parviennent pas à atteindre les objectifs fixés, truquent les résultats massivement en faisant état de chiffres de production trop élevés, qui ne correspondent pas à la réalité. Il existe effectivement des doutes fondés quant à la qualité des chiffres de croissance chinois, qui sont beaucoup trop réguliers pour être vrais.  Malheureusement, nous ne disposons pas d'autres sources fiables. Toutefois, des indicateurs partiels tels que la consommation électrique et le volume de biens transportés par voie ferroviaire démontrent tout de même qu'un effondrement de l'économie chinoise n'est pas à l'ordre du jour actuellement.  Jusque-là, tout va bien, donc. Le problème de l'endettement considérable du secteur industriel continue cependant à menacer la croissance chinoise, comme une épée de Damoclès. À terme, le désendettement indispensable se fera certainement aux dépens de la croissance.

L'Europe, pour finir. La croissance de la zone euro s’élevait à 0,4 % au premier trimestre par rapport au quatrième trimestre 2018. Pour la zone euro, il s'agit là d'un chiffre de croissance relativement élevé et, dans tous les cas, bien éloigné du scénario de récession que d'aucuns prévoyaient. Se dégageaient du rapport de croissance tant la grande diversité que le caractère inattendu des moteurs de cette croissance favorable et imprévisible. Par exemple, la consommation des particuliers en France s'est révélée étonnamment forte malgré la protestation sociale des gilets jaunes, les investissements en Espagne sont restés élevés malgré les élections imminentes et l'économie italienne s'est redressée malgré les chamailleries politiques continues et les intérêts élevés que le pays doit payer. Parmi les déconvenues, il convient de mentionner à nouveau les problèmes du secteur manufacturier allemand, et plus particulièrement du secteur de l'automobile. 

Devons-nous, par conséquent, nous inquiéter outre mesure de la croissance cette année ? Pas à ce point, à nouveau : la croissance fléchira certainement au cours des prochains mois, mais il est peu probable que nous en arrivions à une récession. Les autorités monétaires ont effectivement pris conscience que les chiffres relativement bons dissimulaient une base sous-jacente faible. L'arrêt du resserrement monétaire au États-Unis et le renouvellement des opérations LTRO en Europe constituent une étape importante en vue de soutenir l'économie. Il en va de même en Chine, où les autorités semblent encore intensifier leur soutien à l'économie. Cependant, ce qui devrait à juste titre nous préoccuper, c'est l'annonce de Trump selon laquelle il augmentera quoi qu'il en soit les tarifs d'importation sur les produits chinois. La facture pourrait être très salée pour l'économie mondiale.

À lire aussi

Une-gestion-durable-de-votre-portefeuille

Une gestion durable de votre portefeuille

Vous souhaitez allier investissement financier rentable et impact sociétal ? En optant pour la gestion de portefeuille durable, vous investissez dans un avenir positif, pour vous et les générations futures. En lien avec vos valeurs, votre patrimoine est investi dans des entreprises responsables, triées sur le volet.

Lire la suite
investissement-immobilier

Investissez autrement dans l’immobilier !

Comme la plupart des Belges, vous avez une brique dans le ventre ? Investir dans l’immobilier physique constitue une forme d’investissement intensive en capital, qui peut également être risquée. C’est pourquoi, chez Puilaetco Dewaay Private Bankers, nous vous offrons des solutions en investissement immobilier de façon indirecte.

Lire la suite
le-crédit-patrimonial-des-solutions-sur-mesure

Des solutions de crédit patrimonial sur mesure !

Vous souhaitez saisir une opportunité ou financer une opération importante ? Le tout sans devoir vendre une partie ou la totalité de votre portefeuille ? Chez Puilaetco Dewaay Private Bankers, profitez d’une forme de financement flexible et personnalisée, à des conditions très favorables : le crédit patrimonial également appelé « crédit Lombard ».

Lire la suite