05
février 2019

La géopolitique, encore et toujours...

Aucune classe d'actifs n'ayant rapporté plus de 5 %, 2018 ne s'est pas avérée être un grand cru. Pire encore, la plupart ont même affiché des pertes. Il n'y a pas eu de rallye de fin d'année en décembre. Quoique... les bourses ont tout de même rebondi à partir de Noël. Trop de pessimisme s'était emparé des marchés et les pertes ont été trop fortes. Janvier a donc démarré sur une jolie remonte.

Geopolitique ld

La question reste toutefois de savoir ce que nous réserve l'avenir. Il est vrai que les incertitudes ne manquent pas. Tout d'abord, si nous nous tournons vers l'Amérique, il y a la fermeture des services publics, communément appelée 'shutdown', qui a tiré en longueur. La discorde entre le président Trump et les Démocrates a eu raison du budget des autorités publiques, qui sont restées fermées jusqu'à très récemment. Cette situation pèse toutefois sur la croissance et, plus elle s'éternise, pires sont les conséquences. Petite note positive, éventuellement : la Réserve fédérale a de ce fait décidé de ne plus augmenter les taux. Par conséquent, plusieurs économistes ont déjà revu à la baisse les perspectives de croissance pour les États-Unis en 2019.

Si nous nous tournons vers la Chine, nous y observons également une baisse de croissance. Le quatrième trimestre a livré une croissance de 6,4 % sur base annuelle, soit la plus faible depuis la grande crise financière de 2008. Le ralentissement est tout d'abord la conséquence d'un marché du crédit trop serré pour le secteur privé. Les banques étatiques ont par le passé accordé trop peu de crédits au secteur privé, qui a dès lors vu sa croissance restreinte. Ensuite, le commerce étranger est soumis à rude épreuve à cause du conflit commercial entre la Chine et les États-Unis. La réaction des autorités se limite prinicipalement à lâcher la bride monétaire, tout en offrant des incitants fiscaux.

Entre-temps, l'Europe ne sort bien entendu pas indemne de ce ralentissement de la croissance du commerce mondial. Les problèmes locaux comme les gilets jaunes en France ou l'endettement astronomique de l'Italie rendent les consommateurs hésitants. La BCE peut-elle augmenter les taux dans cet environnement ? Ce cas de figure semble improbable.

S'ensuit une incertitude générale quant à la croissance des bénéfices des actions. Il en résulte pour nous une sous-pondération des actions à l'heure actuelle. Ce n'est que si les perspectives s'améliorent qu'un changement se dessinera pour nous.

À lire aussi

horloge

La gestion personnalisée de votre patrimoine

Vous bénéficiez d’une approche entièrement personnalisée. Épaulés par une équipe d’experts dans leurs domaines et sur base d’outils informatiques performants, nos banquiers privés se concentrent uniquement sur vos besoins particuliers.

Lire la suite
investissement-immobilier

Investissez autrement dans l’immobilier !

Comme la plupart des Belges, vous avez une brique dans le ventre ? Investir dans l’immobilier physique constitue une forme d’investissement intensive en capital, qui peut également être risquée. C’est pourquoi, chez Puilaetco Dewaay Private Bankers, nous vous offrons des solutions en investissement immobilier de façon indirecte.

Lire la suite
Pourquoi-choisir-puilaetco-dewaay-pirvate-bankers

Pourquoi choisir Puilaetco Dewaay Private Bankers ?

Depuis 1868, nous sommes animés par un seul et unique objectif : vous proposer des solutions performantes, personnalisées et responsables. C’est via une approche personnalisée, basée sur notre expérience, notre histoire et une technologie de pointe, que nous exerçons notre métier de banquier privé.

Lire la suite